Estimation des risques de cancer au sein de la cohorte «Enfant Scanner» - IRSN - Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2022

Estimation des risques de cancer au sein de la cohorte «Enfant Scanner»

Résumé

Objectifs: Depuis plusieurs décennies, les actes diagnostiques utilisant les rayonnements ionisants (RI) se multiplient. De plus, la dose délivrée au cours des examens scanners est nettement plus élevée que celle délivrée en radiologie conventionnelle. Les enfants présentant une radiosensibilité accrue, il est important d’évaluer le risque de cancer après exposition au scanner pendant l’enfance. Dans ce contexte, l’IRSN a mis en place la cohorte « Enfant-Scanner » qui inclut les patients exposés à un scanner pour une pathologie non cancéreuse, avant l’âge de 10 ans, entre 2000 et 2011, dans les 21 CHU participants. Une première analyse, réalisée sur un échantillon de 67 000 enfants de la cohorte suivis jusqu’en 2011, a montré une augmentation de risque, non significative, de tumeur cérébrale et de leucémie associée à la dose cumulée. Cependant, le manque de puissance statistique de cette analyse, conséquence d’un nombre limité de cas de cancer et d’une courte durée de suivi, limitait la portée des résultats. De plus, cette analyse ne prenait que partiellement en compte les incertitudes dosimétriques. Matériel et méthode : Dans la présente analyse, 40 000 enfants supplémentaires ont été inclus et le suivi moyen a été prolongé de 5 ans. Les cancers incidents ont été identifiés jusqu’en 2016, à partir du Registre National des Cancers de l’Enfant (RNCE). Trois des cancers les plus fréquents chez l’enfant ont été étudiés : les tumeurs du système nerveux central (SNC), les leucémies et les lymphomes. Des facteurs de prédisposition au cancer (FP), comme des maladies génétiques ou des déficiences immunitaires, ont été collectés dans la base du Système National des Données de Santé (SNDS). Le SNDS a également permis d’identifier pour chaque patient les examens radiologiques reçus en dehors des CHU participants et après la période d’inclusion initiale. Des doses individuelles de RI ont été estimées à partir des protocoles utilisés dans les CHU. L’effet de l’exposition aux RI sur les risques instantanés de survenue de cancers a été estimé avec des modèles de Cox. A partir des données du PACS (Picture Archiving and Communication System) collectées dans 8 CHU et en proposant un modèle hiérarchique bayésien, une évaluation de l’impact des différentes sources d’incertitudes dosimétriques sur les estimations de risques est en cours de réalisation. Résultats : Les doses moyennes cumulées au cerveau et à la moelle osseuse étaient respectivement de 28 et 10 milliGray (mGy). Environ 73% des enfants ont été exposés à un seul examen scanner. Soixante-quinze tumeurs du SNC, 39 leucémies et 41 lymphomes ont été diagnostiqués après une période d’exclusion de 2 ans. Trois pour cent des enfants de la cohorte présentaient des FP. Chez les enfants sans FP, des associations significatives entre le risque de tumeur cérébrale et la dose absorbée au cerveau d’une part (HR [IC 95%] : 1,05 [1,01 ; 1,09] pour une augmentation de 10 mGy de la dose) et le risque de leucémie et la dose absorbée à la moelle osseuse d’autre part (HR [IC 95%] : 1,17 [1,09 ; 1,26] pour une augmentation de 10 mGy de la dose) ont été observées. Pour les lymphomes, aucune augmentation de risque n’a été mise en évidence en fonction de la dose. De même, aucune association entre le risque de cancer et la dose reçue n’a été observée chez les enfants présentant un FP. L’impact de la prise en compte des nouveaux examens et des incertitudes de doses sur l’analyse dose réponse sera présentée lors du congrès. Conclusion : La mise-à-jour de la cohorte Enfant-Scanner, en augmentant la puissance statistique de l’analyse, a permis de mettre en évidence des associations significatives entre la dose de RI à l’organe et le risque de tumeurs du SNC et de leucémie chez les patients sans FP. L’absence d’augmentation de risque chez les patients présentant un FP peut s’expliquer en partie par le faible effectif de cette population.
JFR_2022_FOUCAULT_1_.PDF (637.64 Ko) Télécharger le fichier
Licence
Copyright (Tous droits réservés)

Dates et versions

irsn-03956393 , version 1 (25-01-2023)

Licence

Copyright (Tous droits réservés)

Identifiants

  • HAL Id : irsn-03956393 , version 1

Citer

Anais Foucault, Sophie Ancelet, Serge Dreuil, Sylvaine Caer-Lorho, Hubert Ducou Le Pointe, et al.. Estimation des risques de cancer au sein de la cohorte «Enfant Scanner». Journées francophones de radiologie diagnostique & interventionnelle 2022, SFR - Société française de radiologie, Oct 2022, Paris, France. ⟨irsn-03956393⟩
24 Consultations
8 Téléchargements

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More